Les feuillets des Radis

Forum des ami-es des feuillets des Radis
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Radinouk

avatar

Messages : 277
Date d'inscription : 10/11/2013

MessageSujet: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   Jeu 9 Juil 2015 - 11:35

Histoire 1.  (3 086)


L'absurdité d'une file d'attente. Un décor bestial pour arriver, peut-être, face à un guichet vitré. Seulement si l'on est dans les premiers, si l'on est pas trop à la traîne.
Attendre, d'abord dehors, peu importe le temps, pluie ou cagnard.
Obtenir un numéro de passage, impersonnel, égalitaire mais tellement dénué d'attention. Un numéro pour obtenir le droit d'attendre encore. Valider la légalité/légitimité de son parcours au zoo.
Numéroté, contrôlé, trié dans une attente ordinaire.
Accepter le contrôle, le passage au portique, sourire amer face au travail à la chaîne du vigile. Oublier la terreur douce de ces portiques qu'on ne peut refuser. Les refuser, c'est ne pas rentrer, c'est faire une croix sur sa demande qui participe toujours de près ou de loin à un accès à la citoyenneté. Refuser les portiques, c'est refuser d'être citoyen. Refuser de passer outre.
Accepter d'être dépossédé de ses objets, pour un contrôle si mécanique qu'il n'a pas de sens, même en terme sécuritaire.

Accepter la file d'attente à deux vitesses, où les demandeurs de carte grise te doublent pour aller attendre à leur tour, plus rapidement. Français-e-s ou régularisé-e-s.
Accepter l'incertitude de la réponse à ta demande.
Quelques heures passées dans une pièce plus ou moins spacieuse. Accueillante, jamais. Même l'assise, quand elle est suffisamment présente, est sommaire. Attendre. Regarder cet écran noir où des chiffres rouges défilent, parfois vert quand la fantaisie fait une apparition, associés à un bip routinier. La ritournelle de la préfecture. Ne même pas pouvoir s'oublier, si tenté que l'on en est capable dans ces moments là. Rester vigilant. Relever machinalement la tête à chaque bip. Espérer l'assoupissement d'un attendu, d'un attentiste ? Quel statut a t-on dans cette architecture de l'attente mi-cordiale, mi-bestiale ?
Espérer tomber sur le ou la guichetière qui nous paraît la plus sympathique. Celui ou c
elle qui prend son temps, celui ou celle qui oublie ou nous fait oublier notre numéro et par le même coup notre animalité. Celui ou celle qui nous regarde. Celui ou celle qu'on peut regarder, croiser du regard. Celui ou celle qui fait oublier l'espace froid de la salle d'attendre à défaut d'oublier la vitre qui nous sépare.

Enfin son tour, la fatigue est là, celle du ou de la guichetière également. Pouvoir enfin expliquer son problème, pouvoir enfin présenter son dossier.
Se détacher d'un dossier long à constituer, sur lequel on a misé tous nos espoirs et toutes nos pièces pour photocopier les papiers demandés.
Ce dossier qu'on espère complet sans trop en être sur tant le langage administratif du formulaire CERFA peut sembler obscur à certains moments.
Regarder le ou la guichetière vérifier, valider la complétude du dossier. Attendre qu'il ou elle nous dise que tout est bon, espérer ne plus avoir qu'à attendre, encore, qu'il soit traité.
Et surtout ne pas relever la tête et entendre fébrilement qu'il manque un papier, qu'on est persuadé d'avoir adjoint à l'épais dossier.
Toute puissance du guichetier. Ne pas s’énerver. Impossible, difficile.



Histoire 2. (1 566)


F. voit la fin de la queue se profiler. Son numéro apparaît au dessus du guichet le plus à droite. Elle tend le dossier à l'agente de la préfecture, qui commence à classer tous les documents. Elle manipule formulaire, passeport, timbre fiscal, justificatif de domicile, quittance, contrat de travail. Elle émet un gros soupir. Elle reprend, une feuille sur le côté, lui permet de vérifier que la liste des documents à fournir est complète.

- Timbre fiscal ?
- Pardon ?
- Votre timbre fiscal, il est où ?
- Je vous l'ai donné. Il est là. Vous l'avez rangé.
- Vous voyez bien que je ne l'ai pas.

F. se met à suer. Elle est sûre d'avoir vu le timbre entre les mains de la guichetière. Elle fouille son sac. Il n'y a rien. Elle est sûre. Elle demande à l'agente de regarder encore. Plusieurs mois qu'elle constitue ce dossier pour avoir des papiers, elle n'a pas oublié un timbre fiscal. F. devient fébrile.

- Vous pouvez chercher, il est là ?
- Il n'est pas là, vous comprenez ? Je ne peux pas prendre le dossier comme ça. Reprenez-vous et apportez toutes les pièces.
La fonctionnaire est devenue hermétique à toute remarque, elle se ferme.

- Si elle vous dit que vous l'aviez entre les mains, elle sait ce qu'elle dit. Cherchez-le ! intervient une femme au français parfait et à la peau blanche. L'agente sursaute :
- De quoi vous mêlez vous ?
- Cherchez mieux.
L'agente, mal à l'aise, s'exécute et finit par mettre au jour un timbre fiscal. Elle reprend sa routine.

- Dossier complet. 

Elle tend un papier à F. sans un mot, puis change le numéro au dessus de son guichet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minh



Messages : 291
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   Mer 15 Juil 2015 - 14:59

Est-ce qu'on ne pourrait pas trouver une photo pour le texte de Jean-Amos déjà ici : https://plus.google.com/photos/102663407539908626991/albums/6150569451260929249?authkey=CIf11PD60v_uUA

Pour le côté point de vue subjectif et fantômatique de ce lieu sans âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minh



Messages : 291
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   Mer 15 Juil 2015 - 15:42

Histoire 1.  (3 086)


L'absurdité d'une file d'attente. Un décor bestial pour arriver, peut-être, face à un guichet vitré. Seulement si l'on est dans les premiers, si l'on n'est pas trop à la traîne.
Attendre, d'abord dehors, peu importe le temps, pluie ou cagnard.
Obtenir un numéro de passage, impersonnel, égalitaire mais tellement dénué d'attention. Un numéro pour obtenir le droit d'attendre encore. Valider la légalité/légitimité de son parcours au zoo.
Numéroté, contrôlé, trié dans une attente ordinaire.
Accepter le contrôle, le passage au portique, sourire amer face au travail à la chaîne du vigile. Oublier la terreur douce de ces portiques qu'on ne peut refuser. Les refuser, c'est ne pas entrer, c'est faire une croix sur sa demande qui participe toujours de près ou de loin à
l'accès à la citoyenneté. Refuser les portiques, c'est refuser d'être citoyen. Refuser de passer outre. < là je ne comprends pas, passer outre quoi ?
Accepter d'être dépossédé de ses objets personnels, pour un contrôle si mécanique qu'il n'a plus de sens, même en terme sécuritaire.

Accepter la file d'attente à deux vitesses, où les demandeurs de carte grise te doublent pour aller attendre à leur tour, moins longtemps. Français-e-s ou régularisé-e-s.
Accepter l'incertitude de la réponse à ta demande. < pourquoi l'apostrophe ? qui est le "tu" ?
Quelques heures passées dans une pièce plus ou moins spacieuse. Accueillante, jamais. Même l'assise, quand elle est suffisamment présente, est sommaire. Attendre. Regarder cet écran noir où des chiffres rouges défilent, parfois verts quand la fantaisie fait son apparition, associés à un bip routinier. La ritournelle de la préfecture. Ne même pas pouvoir s'oublier, si tant est que l'on en est capable dans ces moments-là. Rester vigilant. Relever machinalement la tête à chaque bip. Espérer l'assoupissement d'un attendu, d'un attentiste ? Quel statut a-t-on dans cette architecture de l'attente mi-cordiale, mi-bestiale ?
Espérer tomber sur le ou la guichetière qui nous paraît la plus sympathique. Celui ou c
elle qui prend son temps, celui ou celle qui oublie ou nous fait oublier notre numéro et par le même coup notre animalité. Celui ou celle qui nous regarde. Celui ou celle qu'on peut regarder, croiser du regard. Celui ou celle qui fait oublier l'espace froid de la salle d'attendre à défaut d'oublier la vitre qui nous sépare.

Enfin son tour, la fatigue est là, celle du ou de la guichetière également. Pouvoir enfin expliquer son problème, pouvoir enfin présenter son dossier.
Se détacher d'un dossier long à constituer, sur lequel on a misé tous nos espoirs et toutes nos pièces de monnaie pour photocopier les papiers demandés.
Ce dossier qu'on espère complet sans trop en être sûr tant le langage administratif du formulaire CERFA peut sembler obscur à certains moments.
Regarder le ou la guichetière vérifier, valider la complétude du dossier. Attendre qu'il ou elle nous dise que tout est bon, espérer ne plus avoir qu'à attendre, encore, qu'il soit traité.
Et surtout ne pas relever la tête et entendre fébrilement qu'il manque un papier, qu'on est persuadé d'avoir adjoint à l'épais dossier.
Toute-puissance du guichetier. Ne pas s’énerver. Impossible, difficile.






J'ai enlevé le r à "rentrer", "entrer" plutôt.
Beau texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minh



Messages : 291
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   Jeu 30 Juil 2015 - 12:58

Je n'ai pas eu le loisir d'aller à la préfecture pour la photo des queues (rien de cochon). Je vais regarder dans mes photos si j'ai pas un truc qui pourrait faire l'affaire sur le texte de la queue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minh



Messages : 291
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   Jeu 30 Juil 2015 - 14:02

Il me semble qu'on peut faire un reportage photo dont voici les photos. À voir. Le récit ci-dessus est atmosphérique, il décrit l'intérieur très bien, du coup pas besoin peut-être d'illustrer ce qui est écrit (je suis flemmard) et comme on ne peut pas trop faire croire qu'on y est allé et qu'on y est entré, autant décrire une chose précise l'atmosphère de la place dehors, avec tous les signes nationalistes. En plus, la lumière est inquiétante (enfin, y a pas de soleil). De plus j'ai truqué mon appareil pour augmenter la propagande de l'angoisse avec du flou. Enfin bon.

Après, s'il faut vraiment entrer, j'irai en août, à partir du 16...

Préselection perso parmi les moins foirées (il y a même le distributeur de certificat de non gage : dématérialisation, désintégration), j'aime bien aussi le côté Jean Moulin, André Malraux... humour macabre, humour des camps. L'album demeure complet par ailleurs :

1) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150569458567029074

2) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150571042143954946

3) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150572324131356098

4) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150576793790642290

5) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150577058412795810

6) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150583575884247714

7) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150586111966816290

8) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150586494639203698

9) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150587905358095362

10) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150589153767730994

11) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150590481767807346

12) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150591805531386194

13) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150591252251231458

14) "BIENVENUE" https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150591960409406002

15) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150596863853514242

16) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150598253554625090

17) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150601113000390770

18) https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150603578824050770
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sabrina radis

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 11/11/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   Ven 14 Aoû 2015 - 13:20

Minh a écrit:
Histoire 1.  (3 086)


L'absurdité d'une file d'attente. Un décor bestial pour arriver, peut-être, face à un guichet vitré. Seulement si l'on est dans les premiers, si l'on n'est pas trop à la traîne.
Attendre, d'abord dehors, peu importe le temps, pluie ou cagnard.
Obtenir un numéro de passage, impersonnel, égalitaire mais tellement dénué d'attention. Un numéro pour obtenir le droit d'attendre encore. Valider la légalité/légitimité de son parcours au zoo.
Numéroté, contrôlé, trié dans une attente ordinaire.
Accepter le contrôle, le passage au portique, sourire amer face au travail à la chaîne du vigile. Oublier la terreur douce de ces portiques qu'on ne peut refuser. Les refuser, c'est ne pas entrer, c'est faire une croix sur sa demande qui participe toujours de près ou de loin à
l'accès à la citoyenneté. Refuser les portiques, c'est refuser d'être citoyen. Refuser de passer outre. < là je ne comprends pas, passer outre quoi ?
Accepter d'être dépossédé de ses objets personnels, pour un contrôle si mécanique qu'il n'a plus de sens, même en terme sécuritaire.

Accepter la file d'attente à deux vitesses, où les demandeurs de carte grise te doublent pour aller attendre à leur tour, moins longtemps. Français-e-s ou régularisé-e-s.
Accepter l'incertitude de la réponse à ta demande. < pourquoi l'apostrophe ? qui est le "tu" ?
Quelques heures passées dans une pièce plus ou moins spacieuse. Accueillante, jamais. Même l'assise, quand elle est suffisamment présente, est sommaire. Attendre. Regarder cet écran noir où des chiffres rouges défilent, parfois verts quand la fantaisie fait son apparition, associés à un bip routinier. La ritournelle de la préfecture. Ne même pas pouvoir s'oublier, si tant est que l'on en est capable dans ces moments-là. Rester vigilant. Relever machinalement la tête à chaque bip. Espérer l'assoupissement d'un attendu, d'un attentiste ? Quel statut a-t-on dans cette architecture de l'attente mi-cordiale, mi-bestiale ?
Espérer tomber sur le ou la guichetière qui nous paraît le ou la plus sympathique. Celui ou c
elle qui prend son temps, celui ou celle qui oublie ou nous fait oublier notre numéro et par le même coup notre animalité. Celui ou celle qui nous regarde. Celui ou celle qu'on peut regarder, croiser du regard. Celui ou celle qui fait oublier l'espace froid de la salle d'attente à défaut d'oublier la vitre qui nous sépare.

Enfin son tour, la fatigue est là, celle du ou de la guichetière également. Pouvoir enfin expliquer son problème, pouvoir enfin présenter son dossier.
Se détacher d'un dossier long à constituer, sur lequel on a misé tous nos espoirs et toutes nos pièces de monnaie pour photocopier les papiers demandés.
Ce dossier qu'on espère complet sans trop en être sûr tant le langage administratif du formulaire CERFA peut sembler obscur à certains moments.
Regarder le ou la guichetière vérifier, valider la complétude du dossier. Attendre qu'il ou elle nous dise que tout est bon, espérer ne plus avoir qu'à attendre, encore, qu'il soit traité.
Et surtout ne pas relever la tête et entendre fébrilement qu'il manque un papier, qu'on est persuadé d'avoir adjoint à l'épais dossier.
Toute-puissance du guichetier. Ne pas s’énerver. Impossible, difficile.


Histoire 2. (1 566)


F. voit la fin de la queue se profiler. Son numéro apparaît au dessus du guichet le plus à droite. Elle tend le dossier à l'agente de la préfecture, qui commence à classer tous les documents. Elle manipule formulaire, passeport, timbre fiscal, justificatif de domicile, quittance, contrat de travail. Elle émet un gros soupir. Elle reprend, une feuille sur le côté lui permet de vérifier que la liste des documents à fournir est complète.

- Timbre fiscal ?
- Pardon ?
- Votre timbre fiscal, il est où ?
- Je vous l'ai donné. Il est là. Vous l'avez rangé.
- Vous voyez bien que je ne l'ai pas.

F. se met à suer. Elle est sûre d'avoir vu le timbre entre les mains de la guichetière. Elle fouille son sac. Il n'y a rien. Elle est sûre. Elle demande à l'agente de regarder encore. Plusieurs mois qu'elle constitue ce dossier pour avoir des papiers, elle n'a pas oublié un timbre fiscal. F. devient fébrile.

- Vous pouvez chercher, il est là ?
- Il n'est pas là, vous comprenez ? Je ne peux pas prendre le dossier comme ça. Reprenez-vous et apportez toutes les pièces.
La fonctionnaire est devenue hermétique à toute remarque, elle se ferme.

- Si elle vous dit que vous l'aviez entre les mains, elle sait ce qu'elle dit. Cherchez-le ! intervient une femme au français parfait et à la peau blanche. L'agente sursaute :
- De quoi vous mêlez vous ?
- Cherchez mieux.
L'agente, mal à l'aise, s'exécute et finit par mettre au jour un timbre fiscal. Elle reprend sa routine.

- Dossier complet. 

Elle tend un papier à F. sans un mot, puis change le numéro au dessus de son guichet.



J'ai enlevé le r à "rentrer", "entrer" plutôt.
Beau texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minh



Messages : 291
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   Sam 15 Aoû 2015 - 21:40

C'est super les corrections.

Aussi, peut-on réfléchir sur les réflexions d'Anouk : peut-on faire un texte sur les origines de la préfecture de Bobigny ? Qu'en pensent les Radis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minh



Messages : 291
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   Dim 23 Aoû 2015 - 9:10

La sélection n'est pas encore assez restreinte certes.

Comme personne n'avait réagi avant que je ne parte en province le 20, je n'ai pas les photos en qualité optimale sur moi pour les mettre sur le google drive des radis.

Je sélectionne donc d'après l'album que j'ai fait précédemment. Je rentre le 27 à Paris et serai en mesure de rebalancer les photos choisies en bonne qualité.

Je pars sur l'idée donc de mettre l'article historique sur la préf de Bobigny (avec l'image du marécage en sous-sol), le texte de Jean-Amos et les images de la nation française et toute la propagande d'état sur la résistance et le blabla. Il faudra tenter donc une sélection plus restreinte de 3-4 photos emblématiques à l'usage. Et on n'est pas obligé de mettre des photos verticales non plus.

Ce passage sur la préf fera écho à la couverture. On peut aussi mettre sur la page édito, la légende de la couv' genre : "en couverture...".

Ma prochaine préoccupation sera de proposer un début d'édito, si personne ne s'en est chargé.

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150572324131356098

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150586111966816290

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150586494639203698

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150589153767730994

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150590481767807346

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150591805531386194

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150591252251231458

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150591960409406002

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150602402089019874

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150603660325052866

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150598156539678802

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150596775687304642

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150581422042250178

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150575415516031026

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150574847002111778

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150570701457226834

https://picasaweb.google.com/102663407539908626991/2015051903?authkey=Gv1sRgCIf11PD60v_uUA#6150569458567029074
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ARTICLES ATELIERS D ECRITURE 3 086 +1 566
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ateliers d'écriture : Haïku] Prochaine date : fin septembre/début octobre
» Bernard Werber et l'écriture
» Des ateliers d'écriture dans vos régions
» ATELIER D'ECRITURE
» Creer un atelier d'ecriture?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les feuillets des Radis :: Pavé : Services publics :: ARTICLES-
Sauter vers: