Les feuillets des Radis

Forum des ami-es des feuillets des Radis
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [ARTICLE] PAVÉ : Usagers RATP (Alexis) 7 130

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Minh



Messages : 291
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: [ARTICLE] PAVÉ : Usagers RATP (Alexis) 7 130   Mer 18 Fév 2015 - 13:27


Usager-e-s des autobus RATP : souriez, vous êtes policier-e-s !


Les machinistes-receveurs de la RATP, communément appelés chauffeurs de bus, connaissaient la vidéosurveillance. Plusieurs caméras et micros dispatchés dans le véhicule permettent à la police (sur réquisition d’un Officier de Police Judiciaire) de voir et d’entendre tout ce qui se passe à bord, les enregistrements étant conservés jusqu’à 48 heures.


Ils et elles connaissaient la géolocalisation, qui permet aux régulateurs et régulatrices de connaître en temps réel la position précise de chacun des bus déployés sur le réseau et interdit toute escapade, même pour rendre service…


Les machinistes-receveurs connaissaient aussi l’existence des « mouches ». Ces agents appartenant à la Brigade de Surveillance du Personnel (BSP) de la RATP sont chargés de circuler incognito sur l’ensemble du réseau de bus, et d’y relever toutes les entorses à l’instruction professionnelle des machinistes-receveurs. Ces informations sont transmises aux directions des dépôts de bus, qui les utilisent pour infliger des retards d’avancement de carrière et des sanctions disciplinaires aux chauffeurs.


Tout cela paraissait suffisant comme dispositifs de flicage. Pourtant, la direction du département Bus de la RATP aura bientôt d’autres cordes à son arc pour surveiller les machinistes-receveurs. Trois dispositifs nouveaux sont en cours de déploiement à bord des autobus du réseau.


Premièrement, la relance d’un site internet (« témoins de ligne »), maquillé pour ressembler à une initiative commune du Syndicat des Transports d’Ile de France (STIF) d’associations d‘usager-e-s, permettant à ces dernier-e-s de se plaindre directement auprès du STIF. Selon un élu du CHSCT Bus, ce site pourrait prochainement offrir aux mécontents la possibilité de poster des vidéos filmées à bord des bus pour illustrer leurs propos. « Témoins de ligne » viendrait renforcer un dispositif de « réclamations-clientèle » propre à la RATP, en service depuis déjà quelques années : numéro de téléphone court + site internet.


Deuxièmement, la levée de l’anonymat du/de la machiniste dans les rapports des « voyageurs-mystère » du STIF. Compilées, les informations contenues dans ces rapports dotaient le STIF d’indicateurs de qualité lui permettant de négocier au mieux son contrat avec la RATP. Jusqu’à présent, contrairement à ceux des mouches, ces rapports ne contenaient que des informations générales sur la régularité, la propreté, l’accueil à bord, le confort. Rien ne permettait d’identifier le/la machiniste. Si l’anonymat des ces rapports était levé, il multiplierait par quatre la capacité de la direction de la RATP à produire, devant les instances disciplinaires notamment, des témoignages quasi-incontestables.


Troisièmement, le «  boitier-confort ». Sorte de boite-noire, ce dispositif informatisé collecte des informations relatives à la vitesse, aux freinages, aux accélérations. Chaque phase de conduite est enregistrée, puis analysée par des logiciels. L’aspect technique du travail du/de la machiniste est surveillé de manière permanente, totale. Ces boîtiers sont actuellement en expérimentation sur plusieurs autobus du dépôt des Lilas (93). La direction a du revoir sa copie dans ce dossier, les élus du CHSCT ayant une première fois permit d’empêcher l’installation des « boitiers-confort ». Cette fois, elle a fait le nécessaire pour équiper prochainement tous ses autobus.


La mise en service de ces trois nouveaux dispositifs, conjuguée au maintien de ceux qui existent déjà, aura pour effet de fournir à la direction du département Bus de la RATP des quantités industrielles de rapports d’information. Et précisément, traiter des rapports d’information, ça, l’entreprise sait déjà le faire. Mais, évidemment, elle ne les utilise pas comme des « outils pédagogiques », qui pourraient aider le/la machiniste à mieux remplir sa mission de service public.


En général, les rapports sont empilés dans le dossier administratif de l’agent à son insu, jusqu’au moment où la direction a intérêt à les ressortir tous en même temps,  pour virer un-e machiniste trop souvent en arrêt-maladie par exemple, ou un-e militant-e syndical-e. Occasionnellement, un rapport peut être présenté en « temps réel » à un-e agent. Le chef propose alors bien souvent de déchirer le rapport si le/la machiniste accepte de faire des heures supplémentaires, ou de venir travailler sur un jour de repos. Le statut du personnel de la RATP prévoit des délais précis pour faire comparaître un agent devant les instances disciplinaires. Si des faits trop anciens ne peuvent faire l’objet d’une convocation au conseil de discipline, ils peuvent toutefois être librement évoqués et instrumentalisés en séance par l’employeur pour faire pencher l’avis de celui-ci de son côté. En gros, tout est bon dans le dossier.


Aucun-e machiniste ne peut se prévaloir d’un travail techniquement parfait, ni d’une relation avec les usagers toujours idyllique. Chacun-e a son petit dossier, dans un placard. Et travaille, conscient qu’une partie de son travail consiste à faire fonctionner des appareils qui collectent des informations qui ont vocation à être utilisées contre lui/elle. L’instruction professionnelle lui impose par exemple de vérifier le bon fonctionnement des systèmes de vidéosurveillance et de géolocalisation lors de sa prise de service... Quand elle disposera de l’ensemble de ces moyens de surveillance, la direction du département Bus de la RATP aura le pouvoir de révoquer ou licencier instantanément chacun-e des ses machinistes. Il ne lui restera plus alors que l’embarras du choix. Un rêve patronal devenu réalité…


Mais comme ce numéro est consacré aux services publics, je m’interroge sur ce que tout ce flicage pourrait entrainer pour la qualité du service public. Pas si difficile à deviner. Flicage ou pas, la route, à Paris et en banlieue, est semée d’embûches. Le/la machiniste doit souvent travailler dans l’urgence. Avec les usager-e-s, c’est pareil. Quand ça chauffe, on fait des conneries. Cela ne va pas changer. Les bus usés, les chauffages en panne l’hiver, les boutons de demande d’arrêt, les « valideurs sans contact » qui ne fonctionnent pas, les amortisseurs rincés, rien de tout cela ne changera non plus, bien entendu. En revanche, ce qui pourrait se dégrader, c’est l’état mental du/de la machiniste.


Tu es déjà monté dans un bus conduit par un-e dingue. Tu as peut-être pensé qu’il/elle avait un problème, qu’il/elle était spécial-e. La plupart du temps, ce n’est pas le cas. Entre la pression du patron et la pression du métier, beaucoup pètent un câble de temps en temps. Le/la machiniste que tu as trouvé relax à midi a peut-être insulté une vieille personne à dix-huit heures. Le fait de se savoir fliqué-e-s en permanence ne peut que renforcer la parano, la nervosité, et le stress de machinistes déjà sur les nerfs. Il ne peut que les placer dans un état psychologique favorable à l’engueulade, à l’embrouille, mais aussi aux coups de freins, aux accidents. Pas sûr, donc, que les usager-e-s y trouvent leur compte. Perdant-perdant, je te dis.


Dernière édition par Minh le Jeu 4 Juin 2015 - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minh



Messages : 291
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLE] PAVÉ : Usagers RATP (Alexis) 7 130   Jeu 4 Juin 2015 - 9:41

Ratp : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gie_autonome_des_transports_parisiens

CHSCT : http://travail-emploi.gouv.fr/informations-pratiques,89/fiches-pratiques,91/sante-conditions-de-travail,115/le-comite-d-hygiene-de-securite-et,1048.html

STIF : http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndicat_des_transports_d%27%C3%8Ele-de-France


C'est quoi un "valideur sans contact" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sabrina radis

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 11/11/2013

MessageSujet: Re: [ARTICLE] PAVÉ : Usagers RATP (Alexis) 7 130   Ven 14 Aoû 2015 - 12:32

Minh a écrit:

Usager-e-s des autobus RATP : souriez, vous êtes policier-e-s !


Les machinistes-receveurs de la RATP, communément appelés chauffeurs de bus, connaissaient la vidéosurveillance. Plusieurs caméras et micros dispatchés dans le véhicule permettent à la police (sur réquisition d’un officier de police judiciaire) de voir et d’entendre tout ce qui se passe à bord, les enregistrements étant conservés jusqu’à 48 heures.


Ils et elles connaissaient la géolocalisation, qui permet aux régulateurs et régulatrices de connaître en temps réel la position précise de chacun des bus déployés sur le réseau et interdit toute escapade, même pour rendre service…


Les machinistes-receveurs connaissaient aussi l’existence des « mouches ». Ces agents appartenant à la Brigade de Surveillance du Personnel (BSP) de la RATP sont chargés de circuler incognito sur l’ensemble du réseau de bus, et d’y relever toutes les entorses à l’instruction professionnelle des machinistes-receveurs. Ces informations sont transmises aux directions des dépôts de bus, qui les utilisent pour infliger des retards d’avancement de carrière et des sanctions disciplinaires aux chauffeurs.


Tout cela paraissait suffisant comme dispositifs de flicage. Pourtant, la direction du département Bus de la RATP aura bientôt d’autres cordes à son arc pour surveiller les machinistes-receveurs. Trois dispositifs nouveaux sont en cours de déploiement à bord des autobus du réseau.


Premièrement, la relance d’un site internet (« Témoins de ligne »), maquillé pour ressembler à une initiative commune du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF) et d’associations d'usager-e-s, permettant à ces dernier-e-s de se plaindre directement auprès du STIF. Selon un élu du CHSCT Bus, ce site pourrait prochainement offrir aux mécontent-e-s la possibilité de poster des vidéos filmées à bord des bus pour illustrer leurs propos. « Témoins de ligne » viendrait renforcer un dispositif de « réclamations-clientèle » propre à la RATP, en service depuis déjà quelques années : numéro de téléphone court + site internet.


Deuxièmement, la levée de l’anonymat du/de la machiniste dans les rapports des « voyageurs-mystères » du STIF. Compilées, les informations contenues dans ces rapports dotaient le STIF d’indicateurs de qualité lui permettant de négocier au mieux son contrat avec la RATP. Jusqu’à présent, contrairement à ceux des mouches, ces rapports ne contenaient que des informations générales sur la régularité, la propreté, l’accueil à bord, le confort. Rien ne permettait d’identifier le/la machiniste. Si l’anonymat des ces rapports était levé, il multiplierait par quatre la capacité de la direction de la RATP à produire, devant les instances disciplinaires notamment, des témoignages quasi-incontestables.


Troisièmement, le «  boîtier-confort ». Sorte de boîte-noire, ce dispositif informatisé collecte des informations relatives à la vitesse, aux freinages, aux accélérations. Chaque phase de conduite est enregistrée, puis analysée par des logiciels. L’aspect technique du travail du/de la machiniste est surveillé de manière permanente, totale. Ces boîtiers sont actuellement en expérimentation sur plusieurs autobus du dépôt des Lilas (93). La direction a dû revoir sa copie dans ce dossier, les élu-e-s du CHSCT ayant une première fois permis d’empêcher l’installation des « boîtiers-confort ». Cette fois, elle a fait le nécessaire pour équiper prochainement tous ses autobus.


La mise en service de ces trois nouveaux dispositifs, conjuguée au maintien de ceux qui existent déjà, aura pour effet de fournir à la direction du département Bus de la RATP des quantités industrielles de rapports d’information. Et précisément, traiter des rapports d’information, ça, l’entreprise sait déjà le faire. Mais, évidemment, elle ne les utilise pas comme des « outils pédagogiques », qui pourraient aider le/la machiniste à mieux remplir sa mission de service public.


En général, les rapports sont empilés dans le dossier administratif de l’agent à son insu, jusqu’au moment où la direction a intérêt à les ressortir tous en même temps, pour virer un-e machiniste trop souvent en arrêt-maladie par exemple, ou un-e militant-e syndical-e. Occasionnellement, un rapport peut être présenté en « temps réel » à un-e agent. Le chef propose alors bien souvent de déchirer le rapport si le/la machiniste accepte de faire des heures supplémentaires, ou de venir travailler sur un jour de repos. Le statut du personnel de la RATP prévoit des délais précis pour faire comparaître un agent devant les instances disciplinaires. Si des faits trop anciens ne peuvent faire l’objet d’une convocation au conseil de discipline, ils peuvent toutefois être librement évoqués et instrumentalisés en séance par l’employeur pour faire pencher l’avis de celui-ci de son côté. En gros, tout est bon dans le dossier.


Aucun-e machiniste ne peut se prévaloir d’un travail techniquement parfait, ni d’une relation avec les usager-e-s toujours idyllique. Chacun-e a son petit dossier, dans un placard. Et travaille, conscient-e qu’une partie de son travail consiste à faire fonctionner des appareils qui collectent des informations qui ont vocation à être utilisées contre lui/elle. L’instruction professionnelle lui impose par exemple de vérifier le bon fonctionnement des systèmes de vidéosurveillance et de géolocalisation lors de sa prise de service... Quand elle disposera de l’ensemble de ces moyens de surveillance, la direction du département Bus de la RATP aura le pouvoir de révoquer ou licencier instantanément chacun-e des ses machinistes. Il ne lui restera plus alors que l’embarras du choix. Un rêve patronal devenu réalité…


Mais comme ce numéro est consacré aux services publics, je m’interroge sur ce que tout ce flicage pourrait entrainer pour la qualité du service public. Pas si difficile à deviner. Flicage ou pas, la route, à Paris et en banlieue, est semée d’embûches. Le/la machiniste doit souvent travailler dans l’urgence. Avec les usager-e-s, c’est pareil. Quand ça chauffe, on fait des conneries. Cela ne va pas changer. Les bus usés, les chauffages en panne l’hiver, les boutons de demande d’arrêt, les « valideurs sans contact » qui ne fonctionnent pas, les amortisseurs rincés, rien de tout cela ne changera non plus, bien entendu. En revanche, ce qui pourrait se dégrader, c’est l’état mental du/de la machiniste.


Tu es déjà monté-e dans un bus conduit par un-e dingue. Tu as peut-être pensé qu’il/elle avait un problème, qu’il/elle était spécial-e. La plupart du temps, ce n’est pas le cas. Entre la pression du patron et la pression du métier, beaucoup pètent un câble de temps en temps. Le/la machiniste que tu as trouvé relax à midi a peut-être insulté une vieille personne à dix-huit heures. Le fait de se savoir fliqué-e-s en permanence ne peut que renforcer la parano, la nervosité, et le stress des machinistes déjà sur les nerfs. Il ne peut que les placer dans un état psychologique favorable à l’engueulade, à l’embrouille, mais aussi aux coups de freins, aux accidents. Pas sûr, donc, que les usager-e-s y trouvent leur compte. Perdant-perdant, je te dis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ARTICLE] PAVÉ : Usagers RATP (Alexis) 7 130   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ARTICLE] PAVÉ : Usagers RATP (Alexis) 7 130
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexis dans Pretty Little Liars [Byron Montgomery] [MAJ : Remplacé pour le rôle]
» AFFAIRE DES MILLIONS DE DOLLARS VOLE A LA COFED: Le suspect, Alexis Thambwe Mwamba…
» Article Montres Russes dans Magazine Aviation
» Image et droit :Copie d'un article sur Internet
» Pavé de lotte exotique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les feuillets des Radis :: Pavé : Services publics :: ARTICLES-
Sauter vers: