Les feuillets des Radis

Forum des ami-es des feuillets des Radis
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 punchlines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
(ra)Dijon

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 10/11/2013

MessageSujet: punchlines   Dim 14 Déc 2014 - 10:32

une saison blanche et sèche (lino et calbo)


Je suis l'usuel suspect qu'on désigne, celui qu'on assigne
Ou qu'on saigne quand ils abusent de leurs insignes.


Les traces d'une époque maudite refont surface
Et les projets pour une France plus propre affluent.
Des taf y'en a plus ! On a pointé le doigt sur tout c'qui est mat et crépu.
J'deviens nègre marron et tout mon talent je déploie,
Car A.N.P.E signifie Aucun Nègre Pour l'Emploi.
Le poids des mots, le choc des images, mon disque cause des dommages,
J'poses même des hommages au pays du fromage.

...
La France est comme la rose qui perd ses pétales.
Et moi j'en perds les pédales, j'ai le rôle du foutu immigré,
Celui à qui on attribue des tares, même dans son pedigree.

Les degrés montent, et je n'ai plus de regrets
Dans ma bouche, que des insultes envers leurs mères, qui veulent me voir intégré.





Ils m'appellent (lino)


On m'as dit canalise ta haine et analyse avant d'accuser
J'analyse et vois qu'y'as des bronzés qu'on a brisé
On m'as dit oublie les pharaons car faut s'intégrer
Longue vie au caméléon j'suis aigri donc j'nique napoléon et mégret


On m'as dit oublie l'esclavage
Mais j'ai la haine comme Kassovitz
On demande pas aux juifs d'oublier Auschwitz





génération sacrifiée (rohff)


En France, même avec des papiers t'es qu'un étranger.
...
la France au français ? Les immigrés n'en n'ont jamais voulu !




Cellule de crise (b. james)


Chui l'animal qu'on veut cribler d'balles pour sa peau.
J'veux plus servir d’appât, t'étonnes pas qu'j'défèque sur leur drapeau.
Pas faux d'pas, j'm'avoue pas battu même si la France nous mène en bateau :
les fourgons cellulaires ont remplacés les cargos.




les bleus marines (casey)


Est-ce ma tignasse noir ou ma bouche épaisse
qui m'empêche d'appartenir à l'humaine espèce ?
Et j'ai ce faciès, qui a tare et déficience,
tant d'fois considéré comme bâtard par la science.
Exposé dans les zoos, et lynché par les masses.
Vendu au plus offrant sur les marchés et les places.
Les racistes accomplissent,
et la loi est complice,
les pires tortures, saloperies et supplices.




Peau noir masque blanc (le bavard)


Au nord c'est les colons.
Au sud, à l'est, à l'ouest aussi.
Trop bon, trop con,
ça nous a pas réussi.





Sans plomb 93 (sefyu)


J'ai fêté mes 26 ans de discrimination, la police me réclame encore mes origines, ma nation
J'ai fait mon petit reportage dans les ghettos de France, à tout âge les jeunes reconnaissent pas leur carte d'identité
Intégration ou intégriste, on a pas le choix, ça veut dire quoi s intégrer pour un chinois né en Picardie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radinouk

avatar

Messages : 277
Date d'inscription : 10/11/2013

MessageSujet: Re: punchlines   Lun 15 Déc 2014 - 17:19

Ci-dessous corrections de faute. Elles sont très bien ces citations. A voir comment on les intègre à la maquette.


une saison blanche et sèche (lino et calbo)



Je suis l'usuel suspect qu'on désigne, celui qu'on assigne
Ou qu'on saigne quand ils abusent de leurs insignes.


Les traces d'une époque maudite refont surface
Et les projets pour une France plus propre affluent.
Des taf y'en a plus ! On a pointé le doigt sur tout c'qui est mat et crépu.
J'deviens nègre marron et tout mon talent je déploie,
Car A.N.P.E signifie Aucun Nègre Pour l'Emploi.
Le poids des mots, le choc des images, mon disque cause des dommages,
J'pose même des hommages au pays du fromage.

...
La France est comme la rose qui perd ses pétales.
Et moi j'en perds les pédales, j'ai le rôle du foutu immigré,
Celui à qui on attribue des tares, même dans son pedigree.

Les degrés montent, et je n'ai plus de regrets
Dans ma bouche, que des insultes envers leurs mères, qui veulent me voir intégré.





Ils m'appellent (lino)


On m'a dit canalise ta haine et analyse avant d'accuser
J'analyse et vois qu'y'a des bronzés qu'on a brisé
On m'a dit oublie les pharaons car faut s'intégrer
Longue vie au caméléon j'suis aigri donc j'nique Napoléon et Mégret


On m'a dit oublie l'esclavage
Mais j'ai la haine comme Kassovitz
On demande pas aux juifs d'oublier Auschwitz





génération sacrifiée (rohff)


En France, même avec des papiers t'es qu'un étranger.
...
la France aux Français ? Les immigrés n'en n'ont jamais voulu !




Cellule de crise (b. james)


J'suis l'animal qu'on veut cribler d'balles pour sa peau.
J'veux plus servir d’appât, t'étonne pas qu'j'défèque sur leur drapeau.
Pas d'faux pas, j'm'avoue pas battu même si la France nous mène en bateau :
les fourgons cellulaires ont remplacé les cargos.




les bleus marines (casey)


Est-ce ma tignasse noire ou ma bouche épaisse
qui m'empêche d'appartenir à l'humaine espèce ?
Et j'ai ce faciès, qui a tare et déficience,
tant d'fois considéré comme bâtard par la science,
exposé dans les zoos et lynché par les masses,
vendu au plus offrant sur les marchés et les places.

Les racistes accomplissent,
et la loi est complice,
les pires tortures, saloperies et supplices.




Peau noir masque blanc (le bavard)


Au nord c'est les colons.
Au sud, à l'est, à l'ouest aussi.
Trop bon, trop con,
ça nous a pas réussi.





Sans plomb 93 (sefyu)


J'ai fêté mes 26 ans de discrimination, la police me réclame encore mes origines, ma nation
J'ai fait mon petit reportage dans les ghettos de France, à tout âge les jeunes reconnaissent pas leur carte d'identité
Intégration ou intégriste, on n'a pas le choix, ça veut dire quoi s'intégrer pour un chinois né en Picardie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(ra)Dijon

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 10/11/2013

MessageSujet: encore   Mer 24 Déc 2014 - 17:00

Soldat lambda (Le Bavar)

(...)
Leurs histoires de gaulois polluent mon enfance.
Chui comme cet éléphant qu'la contrebande blanche prive de ses défenses.
A nous le marché noir !
Ils peuvent broyer du noir,
chui c'putain d'mouton noir qui franchit la ligne blanche !
Blanche lumière, blanche innocence...
Ou comme la pureté d'leur came !
Et pourtant qui les français accablent ?
Y'a le sida et les abeilles qui tuent.
Pour eux, noir égal crime, drogue
et femme qui se prostitue.
Certains "boayes" crient "y'a bon banania"
et en bon piranha,
lâch'ront pas le pétrole, le sucre et les min'rais.
Bref, ces enculés prendront tout c'qui ya.
Est-ce que les plus grands voleurs ont connu l'commissariat ?

J'ai laissé le paragraphe entier pour que vous savouriez ce monument de la langue française, mais si on l'utilise dans le journal, les 2 derniers vers serons évidemment supprimés.

365 cicatrices (le Bavar)

J'ai 365 cicatrices.
Et sur ma peau, ma couleur a connu tous les hommes,
qui lui on dit qu'elle était dévastatrice
et qu'elle reste l'opposé du beau,
complice du vice sous toutes ces formes.
C'était écrit comme ces stupides règles
et c'est comme ces nègres,
cupides, qui ont vendu les leurs.
Dans les pleurs et les cris,
étouffés par l'être espiègle,
comme si l'espèce bipède écoutait son cœur.
J'ai pleuré. Rar'ment ri
comme à cette connerie d'abolition
et à leurs 150 ans,
ils peuvent se l'foutre dans le fion !
Ils était fiers, enrôlés tirailleurs. Et en fin d'guerre,
t'as su comment leur dire d'aller s'faire voir ailleurs.
Et qui on appelle pour les excréments ?
Des travailleurs déracinés, laissant femmes et enfants.
Et ces traditions qu'ils sauvegardent,
en y r'pensant,
j'ai de la peine pour ces noirs teints en blond pour faire blanc.
S'ils savaient qu'pour être libre, fallait courir,
ne pas s'faire couper les jambes
par celui qui veut tout asservir.
Ya des chaines qui nous maintiennent au bas d'l'échelle
et pour qu'ça change, faudra attendre que la banquise dégèle.
Regarde l'Afrique et les Antilles,
l'Inde et les autres îles,
regarde les traces de l'homme blanc qui traumatisent nos esprits,
non pas à vie mais pour des générations,
j'ai mon avis sur les suites des colonisations.
Critique sur la façon dont on m'oblige à penser.
Mais qu'est-ce t'en sais ?
J'ai pas eu l'choix de vivre comme un français !
Un Franc C.F.A. bas.
Une monnaie forte qu'on exporte en Outre-Mer
et dans les deux cas c'est comme droguer nos terres.
Ils ont enchaîné nos pères
pour qu'ils les r'gardent violer nos mères
et merde si aujourd'hui on en subit les séquelles !
Mais qu'est-ce que quelques années, environ 400 ?
Et si la fin colle au début, ça finira dans un bain d'sang.
Paroles de descendant d'coupeurs de cannes. (3x)

J'rajoute aussi en dessous la suite de "peau noir masque blanc", toujours du Bavar

Au nord c'est les colons.
Au sud, à l'est, à l'ouest aussi.
Trop bon, trop con,
ça nous a pas réussi.
Vendus pour gonfler leurs excédents,
c'était pas un accident si on s'est fait bouffer par l'Occident.
La résultante : tous résidents en zone franche,
où la balance penche si tu peux montrer patte blanche.
Pourtant, partis
en guerre pour leur appétit,
en première ligne pour leur patrie, leur pays décati.
Rien à foutre qu'ils compatissent !
Enfants martyres du paternalisme blanc depuis l'époque colonialiste.
De fait (ou "Bluffés" ?),
blousés, bernés, affublés
des pires termes pour qu'on soit bons derniers.
Ferme ta gueule, encaisse, digère ton faciès.
Pense aux reufs qui s'perdent pour deux ou trois pièces.
Tu t'es vu ? Un
Dans la rue ? deux
Faire la pute pour un mac que t'aurais jamais vu ?
C'est un attrape nigaud ou un attrape négros.
Et quand ils lancent la ba-balle, ils font
"Attrape négro" !
Est-ce la dépendance et l'assistanat ?
Et l'on assiste à l'esclavage depuis des septennats.
Sous une autre forme, plus conforme,
à l'époque des réformes.
Portant les cornes du mariage blanc en bonne et due forme.
La vertu est blanche,
comme le péché est noir.
On s'en arrange comme on peut en s'accrochant à l'espoir
Dur à croire, vu ce fort sentiment d'inexistence.
Forcé par les données rentrées sournoisement depuis l'enfance.
À travers les écrits des journaux,
l'éducation des bouquins scolaires, la télé, la radio.
J'ai la couleur du mal,
nègre ou indien.
Avec le rôle du sauvage qu'on abat comme un chien.
C'est là les images qui me hantent jusqu'au fond de ma mémoire.
Le pire est qu'on ait fini par le croire.
Le pire est qu'on ait fini par le croire !
Frustrations, complexes, ça bout dans mon cortex
Peau noire, masque blancs en laisse plus d'un perplexe
Frustrations, complexes, ça bout dans mon cortex
Peau noire, masque blancs en laisse plus d'un perplexe
Frustrations, complexes, ça bout dans mon cortex
Peau noire, masque blancs en laisse plus d'un perplexe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mo



Messages : 15
Date d'inscription : 17/11/2013

MessageSujet: Re: punchlines   Sam 17 Jan 2015 - 11:15

Ca le fait bien des citations comme ça, elles ont la patate et c'est court.
Moi j'enlèverai celles de Rohff sur génération sacrifiée que je trouve boff, celle de Lino Ils m'appellent et celle du bavard ( trop bon trop con).
Celle de B James est super et Bleu marine de Casey est au top.
Voici deux propositions en plus , cest deux passages de Casey chanson :  Chez Moi
" Sais-tu qu'on écoute pas David Martial, La

Compagnie créole et "C'est bon pour le moral"
Et que les belles doudous ne sont pas à la cuisine
A se trémousser sur un tube de Zouk Machine ?"




"Sais-tu qu'hommes, enfants et femmes
Labouraient les champs et puis coupaient la canne ?
Sais-tu que tous étaient victimes
Esclaves ou Neg' Marrons privés de liberté et vie intime ?
Sais-tu que notre folklore ne parle que de cris
De douleurs, de chaînes et de zombies ?
Mais putain ! Sais-tu encore aujourd'hui
Madinina, l'île aux fleurs est une colonie ?"


Genius Annotation 1 Contributor ?

référence à la traite des esclaves dans les plantations.
Leur travail était de récupérer le sucre de canne dans les champs.

Upvote Downvote

Share Reply
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(ra)Dijon

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 10/11/2013

MessageSujet: encore   Lun 19 Jan 2015 - 16:50

Jamais leur faute (less du 9)


J'fais partit d'cette masse de fils d'immigrés
qu'on grandi avec vos enfants,
mais qu'on a voulu carrossier.
J'fais partit d'ces trent'naires du troisième millénaire
qu'on imagine très mal père et quoi qu'il en advienne précaires.
Ouai m'sieur j'fais partit du flou,
de c'qu'on a jamais voulu prévoir.
De ceux des dite « zones de non droits »
là où l’impôt fait quand même payer l'retard.
De ceux qu'on un toit par là mais qui sont là par hasard.
Aussi d'la race humaine, fin du Xxe,
en zone urbaine.
Qui s'adapte au fil du temps et qu'la notion d'intégration aliène.
Où la culture majoritaire est reine.
Parti d'ce qu'on d'la chance
où la souffrance n'est pas la même.

J'fais parti d'ceux qu'on tout à moins d'20 kilomètres,
excepté pour la plupart une simple raison d'être.
Alors, accepté ou pas,
l'homme est sortit d'sa caverne dès qu'il a eu faim, n'est-ce pas ?
Pour sa il a même déménagé.
À partir de là on choisit pas d'être
étranger
à ce système né avant moi,
dans lequel je veux pas m'ranger
sans être considéré.
Mais qu'la même faim finira bien par résigner.
Vous voyez bien, m'sieur, qu'fais parti d'ceux
pour qui c'est compliqué.
Ne serai-ce que d'savoir
tout en haut d'vot' pyramide de Maslow ou est not' part ?
D'réalisation d'soit inexistant dans les décrets, sans intérêts, car pas rentable,
pas négociable. Je l'sais ! Je fait
parti d'une des générations (dégénération)
né d'une accumulation d'révolutions d'tous genres.
Et aujourd'hui j'fais parti d'ceux qui portent la faute ! Genre,
des asservis assistés à mort.
Le paradoxe étant si fort
qu'vot République, m'sieur,
apporte que dalle en réconfort !
C'est pas d'vot faute, m'sieurs
ni d'ceux qui gouvernent.
C'est l'envie d'justice qui nous berne.
Dans c'monde terne,
on est v'nu foutre quoi ?
Esclaves d'un monde moderne, j'crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: punchlines   

Revenir en haut Aller en bas
 
punchlines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les feuillets des Radis :: Pavé racisme-
Sauter vers: